Neustark_B008_0018.jpg
FAQ

Quelle quantité de CO₂ par tonne de béton peut être absorbée grâce à la technologie neustark?


Environ 10kg de CO₂ polluant peuvent être absorbés durablement par mètre cube de béton frais. D’ici à 2025, nous pourrions multiplier cette valeur. Ainsi, chaque unité de béton pourrait lier au moins la même quantité de CO₂ que libère sa production, et le béton à empreinte climatique neutre sera devenu réalité.




Comment cela fonctionne-t-il ?


Lors de la démolition de bâtiments, le granulé de béton obtenu est déplacé avec le CO₂ isolé de l’atmosphère. Grâce à la minéralisation, le dioxyde de carbone est ainsi lié durablement. Le granulé de béton traité de la sorte sera utilisé en tant que calcaire dans le béton frais. Via la liaison du CO₂, nous améliorons donc les propriétés matériel du granulé de béton. La proportion de ciment dans le béton frais est donc réduite sous le minimum réglementaire.




En quoi est-il avantageux, d’utiliser le béton issu de la démolition ?


Le granulé de béton, béton cassé issu de la démolition, représente une surface totale énorme de particules innombrables. Dans les faits, il contient une quantité importante de minéraux d’hydroxyde de calcium, qui peuvent lier le CO₂. Ce matériel est donc hautement réactif. Sans autre traitement, le granulé de béton forme des liaisons chimiques avec le CO₂ (carbone, par exemple calcaire).




Quelle différence cela fait-il, de produire du béton grâce à la technologie neustark?


Grâce au recours au béton neustark dans vos prochains projets de construction 1. vous retirez du CO₂ libre de l‘atmosphère 2. vous absorbez durablement du CO₂ dans le béton de votre nouveau bâtiment et 3. vous réduisez les émissions de dioxyde de carbone en réduisant au minimum la proportion de ciment nécessaire.




Quel pourcentage de granulé recyclé peut être ajouté ?


Au-delà de neustark, cela dépend des infrastructures disponibles au sein de l’usine de béton. Quelques usines de béton partenaires avec les unités de tamisage et silos appropriés, ont pu atteindre avec succès des taux de recyclage de 100%. L’optimal économique et écologique est différent dans tous les cas d’un lieu à un autre et d’une usine de béton à une autre.




Et comment est notre propre bilan CO₂?


Pour 1000 kg de CO₂ absorbé dans le granulé XY, le processus d’enrichissement émet seulement de nouveau 50 kg de CO₂. Nous retirons donc de l’atmosphère au minimum 20 fois plus de CO₂ que le processus d’élimination en granulé n'en libère.




Quelle quantité de CO₂ piège-t-on déjà dans le béton ? A quelles quantités cela correspond-il ? Donnez quelques comparaisons.


Nous pouvons aujourd’hui, avec notre installation pilote, absorber 100 kg de CO₂ par heure dans le granulé de béton. Les épicéas et sapins à croissance rapide retirent chaque année par arbre 20 kg de CO₂. Un plante de neustark réalise en une heure, ce qui prend une année complète à 5 sapins. Ou autrement dit: nous pouvons absorber avec une seule installation neustark en 24 heures, l’équivalent des émissions d’une maison individuelle générées par le chauffage.




Y a-t-il assez de béton issu de démolitions, pour avoir un réel impact ?


Oui, d’après nos calculs, environ 2 milliards de tonnes de béton de démolition sont obtenues chaque année. Le béton est ainsi la plus importante filière déchet du monde. En se basant sur l’activité de construction passée, il faut s’attendre à ce que les quantités soient doublées tous les 10 ans. Ainsi, ce flux de matériau pourrait permettre de piéger chaque année environ 500 millions de tonnes de CO₂. La plupart du béton de démolition est obtenu dans les pays très développés, qui utilisent le béton depuis 60 à 100 ans dans leurs infrastructures. La Suisse fait partie de ces pays. Par conséquent, les experts prévoient une augmentation significative des quantités de déchets issus des démolitions.




Je suis de cette branche et je voudrais comprendre tout cela plus précisément.


Aucun problème. Quand le béton est exposé au CO₂ de l’atmosphère, le CA(OH)₂ des phases de cémentation évolue vers la forme thermodynamique stable calcium carbonate, et se lie ainsi au CO₂. Ce phénomène est très investigué et est connu comme minéralisation naturelle ou carbonatation par la branche de la construction. neustark accélère le processus de minéralisation de plus de cent ans en quelques heures et quintuple ainsi l’absorption moyenne de CO₂. Vous pouvez trouver plus d’informations ici : > Aperçu général du concept de minéralisation : Geoscienceworld > Focus spécifique sur la carbonatation des déchets minéraux > Approfondissement sur la minéralisation du granulé de béton > Aperçu de des propriétés matériau du granulé de béton minéralisé




Comment pouvez-vous être sûr, que le CO₂ est réellement intégré au granulé ?


Grâce à des mesures. Nous mesurons dans notre processus l’absorption de CO₂ d’environ 10 kg par tonne de béton de démolition, sur une balance ainsi que par mesure de débit CO₂, les deux méthodes de mesure indépendantes mènent aux mêmes résultats.




L’armature ne rouille-t-elle pas du fait de la minéralisation du béton ?


Non. L’armature rouille dans le béton de construction, car la valeur du PH change du fait de la carbonatation du CO₂ dans les porosités du béton (il s’acidifie). Chez neustark, la carbonatation se produit avec le mélange des granulés avec le ciment. La valeur du PH du béton neustark fini, est la même que le béton conventionnel nouvellement produit.




Quelles sont les capacités de l’installation ?


Une installation pilote minéralise aujourd’hui 20 tonnes de granulé de béton par heure. Grâce à des modules complémentaires, cette valeur moyenne peut être portée à plus de 100 tonnes de granulé de béton, ce qui est très satisfaisant pour les importants recycleurs de matériaux de construction.




Puis-je redimensionner la production plus tard ?


Bien sûr, vous pouvez à tout moment ajouter un module complémentaire à votre installation actuelle et ainsi doubler vos capacités de production. Nous travaillons déjà sur un deuxième type d’installation, qui viendrait compléter notre installation de type 1. D’ici 2025, vous pourrez, avec cette installation complémentaire, quintupler la capacité de production de votre installation, et multiplier le piégeage du CO₂ dans le bétons.




D’où provient le CO₂?


De l’atmosphère. Le CO₂ est extrait de l’atmosphère chez XY par un processus biogénique et est traité comme produit dérivé. Avec nos partenaires logistiques, nous garantissons l’approvisionnement de vos unités de production en CO₂, que nous livrons avec des camionnettes au gaz bio à empreinte climatique neutre.




Le béton ne perd-il pas en qualité pendant la minéralisation ?


Non. Le béton est conforme aux normes de qualité et satisfait tous les critères de qualité tels que le traitement, la résistance, le module E et la durabilité.




Quelle quantité de ciment puis-je économiser grâce à votre technologie ?


Cela dépend de la recette que vous utilisez pour votre production, ainsi que de la consistance du granulé qui doit être enrichi au CO₂. Dans l’idéal, vous pouvez réduire la quantité de béton de votre recette sous le niveau minimum réglementaire, sans dégrader la qualité de votre béton. Nous vous aiderons, à optimiser votre recette.




Le CO₂ sera-t-il rejeté dans l’atmosphère au moment de la démolition du bâtiment ?


Non. Le CO₂ est transformé en calcaire au cours du processus et reste durablement dans le béton, même si ce dernier est cassé plus tard. La technologie neustark transforme le béton en réceptacle durable pour le CO₂.




N’y a-t-il pas de meilleur réceptacle en Suisse?


En Suisse, il y a des réceptacles à CO₂ naturels tels que les forêts et les sols. Mais ils ne lient pas le CO₂ durablement. La technologie neustark permet de lier le CO₂ durablement et il ne retourne plus dans l’atmosphère. Il ne suffit donc pas de se reposer sur des réceptacles naturels car le temps passe et nous devons extraire aussi vite que possible le CO₂ de l’atmosphère et le lier durablement. neustark propose aujourd’hui l’une des solutions les plus fonctionnelles, rendue possible technologiquement en Suisse.




Ne serait-il pas plus avantageux, de compenser les émissions de CO₂ de la Suisse à l’étranger ?


Ce sera probablement le cas à court terme, mais où se trouve alors l’innovation urgente orientée vers le futur et la valeur ajoutée ? Le projet du parlement sur la révision totale de la loi CO₂ souhaite concrétiser une économie de CO₂ du territoire national de 75% d’ici à 2030, c’est ce qui devrait se passer en Suisse du moins. Compenser ne peut donc pas être la solution.




Peut-on construire positivement pour le climat avec du béton?


Le béton est composé principalement de granulé et de ciment, la production de ciment nuit profondément au climat. Environ 10 kg de CO₂ pollueur peuvent être piégés durablement dans le granulé d’un mètre cube de béton frais. D’ici à 2025, nous pourrions multiplier ces valeurs. Ainsi, chaque unité de béton frais pourrait lier au moins la quantité de CO₂ que génère sa production. neustark s’engage pour une réduction du CO₂ ou un ciment à empreinte climatique neutre à minima, voire même rendre possible un béton à empreinte climatique positive.




Comment se comporte neustark vis-à-vis d'autres innovations environnementales dans les domaines du béton et des matériaux de construction ?


La plupart des innovations environnementales dans le domaine du béton visent à réduire l'utilisation du béton, à produire du béton avec moins de ciment, ou à réduire les émissions de CO₂ provenant de la production de ciment. neustark est compatible avec ces efforts et est idéalement utilisé en parallèle avec ceux-ci.





neustark ag

Luisenstrasse 14, 3005 Berne, Switzerland

hello@neustark.com

> Privacy Policy.  > Cookie notice
All rights reserved neustark AG.
© 2021 webdesign by ROBOKOP.