Skip to content

Follow us

Contact us

Contact

FAQs

Questions fréquentes concernant l'élimination du carbone.

Notre technologie

  • La solution de neustark est basée sur le processus chimique bien étudié, et connu sous le nom de minéralisation naturelle ou carbonatation. Notre technologie accélère ce processus, réduisant le temps nécessaire de plus de 1 000 ans à quelques heures seulement, tout en augmentant significativement l’absorption moyenne de CO₂.
    Pour en savoir plus, voir « Comment notre solution fonctionne ».

  • La minéralisation du dioxyde de carbone est un processus au cours duquel le CO₂ réagit avec un métal alcalin pour former des minéraux carbonatés solides.

    Les granulats de béton de démolition contiennent des phases d'hydrate de ciment. Celles-ci se trouvent en contact avec l'eau dans un équilibre solide-liquide. Une partie du ciment hydraté est dissoute dans l'eau et se présente sous forme d'espèces ioniques. Comme le CO₂ est également absorbé par cette eau, il se forme un nouveau minéral qui présente une solubilité plus faible que les phases de ciment hydraté - et voilà : il se forme du carbonate de calcium (CaCO3).

    Le CO₂ et le ciment hydraté subissent donc une transformation chimique et forment une roche. Ce processus de carbonatation libère suffisamment de chaleur par kilogramme de CO₂ pour que la température de 1 000 kg de béton augmente d'environ 2,5°C.

    Le CaCO3 est considéré comme l'une des manières les plus durables de fixer le carbone. Seules des températures supérieures à 600°C ou des acides très forts pourraient à nouveaulibérer le CO₂ lié. Cela garantit que le CO₂ reste stocké dans le béton, même si celui-ci est à nouveau démoli après sa réutilisation.
  • Le principal avantage du stockage de CO₂ dans le béton de démolition réside dans le fait que le CO₂ est irréversiblement lié aux granulats de béton par le processus de minéralisation. Le grand avantage de cette approche par rapport aux puits de carbone naturels (par exemple les océans au les arbres) est que le CO₂ piégé dans le béton de démolition a très peu de chances, voire aucune, de retourner dans l’atmosphère. En d’autres termes, le CO₂ est stocké de manière permanente.

  • Aujourd’hui, nous stockons environ 10 kg de CO₂ par tonne de béton de démolition. Nous travaillons en permanence – cela va de soi – à l’optimisation de ce chiffre. Pour plus d'informations, voir l'article de Johannes Tiefenthaler et al: Technological Demonstration and Life Cycle Assessment of a Negative Emission Value Chain in the Swiss Concrete Sector.

  • Non. Le processus de minéralisation – le cœur de la technologie neustark – permet un stockage durable du CO₂. Il est scientifiquement prouvé que la part de CO₂ stockée par minéralisation qui sera encore présente après 1000 ans sera virtuellement de 100%. Même si le béton dans lequel le CO₂ est stocké est démoli à plusieurs reprises, le CO₂ ne sera pas libéré à nouveau dans l’atmosphère.

    Il existe de nombreuses technologies d’émission négative (NET) qui sont viables en théorie et, de plus en plus, dans la pratique. Elles ont toutes leurs avantages, mais la minéralisation – sur laquelle repose le procédé de neustark – est l’une des rares technologies à garantir une élimination véritablement durable du CO₂.
  • Permanent signifie que la part de CO₂ encore stockée après 1000 ans est proche de 100%, avec une très grande certitude prouvée. Le risque d’inversion du stockage est négligeable, c’est-à-dire que le CO₂ capté n’est pas relâché dans l’atmosphère. Même si le béton recyclé frais enrichi en CO₂ est toujours arraché, le CO₂ n’est pas libéré dans l’atmosphère.

    La solution de neustark est permanente et retient le CO₂ pendant de milliers, voire des millions d’années.

  • L’additionalité signifie que les réductions de CO₂ obtenues grâce au projet doivent être supérieures au « business as usual » : Sans la mise en œuvre du projet, celles-ci n’auraient pas été réalisées.

  • Notre procédé n'interfère pas avec les écosystèmes naturels. Les installations ne
    nécessitent qu'une très petite surface au sol, car elles sont intégrées dans des processus industriels déjà existants.

  • L'équipe de recherche et de développement de neustark travaille à l'optimisation de notre technologie actuelle ainsi qu'à d'autres solutions pour le stockage durable du CO₂.

    Nous testons différents matériaux et optimisons nos processus technologiques afin
    d'augmenter l'absorption moyenne de 10 kg de CO2 par tonne de béton de démolition.

    Nous étudions également d'autres voies connexes de stockage du CO₂, telles que le stockage dans les eaux résiduels des usines de béton, les mâchefers et d'autres déchets. 

    À long terme, nous étudions les possibilités de stockage géologique du CO₂. Neustark est un partenaire de premier plan dans le projet de recherche DemoUpCARMA, qui est dirigé par l’EPF Zurich. Ce projet étudie les possibilités technologiques, politiques et économiques du stockage géologique du CO₂ suisse en Islande.

Notre modèle économique

  • Nous travaillons avec des usines de biogaz pour nous procurer notre CO₂, avec des recycleurs de béton pour stocker le CO₂ et avec des entreprises aux stratégies climatiques ambitieuses qui achètent notre CDR (élimination du dioxyde de carbone).

    En bref, nous éliminons durablement le CO₂ et générons ainsi des émissions négatives. 

  • Nous disposons de modèles d’entreprise et de types de produits adaptables, en fonction de vos besoins.

    Neustark, en général, construit la technologie de stockage dans votre usine. Une fois terminé, le site de stockage vous appartient en tant que recycleur. Un investissement initial forfaitaire pour l’achat de la technologie est nécessaire. Cet investissement est ensuite compensé par le fait que neustark vous paie pour utiliser votre site de stockage. En l’espace de quelques années, l’investissement initial se transforme en profit pour vous.

  • Outre le fait de rendre votre entreprise (encore plus) durable, de créer une source de revenus supplémentaire et, bien sûr, de stocker le CO₂ de manière permanente, le processus de minéralisation présente un autre avantage majeur par rapport au processus de traitement des mâchefers d'incinération (IBA). Les substances nocives telles que les métaux lourds sont mieux stabilisées dans les minéraux et contenues dans les granulés grâce à notre minéralisation, ce qui réduit considérablement le risque de lixiviation (altération accélérée et renforcée).

Notre CO₂

  • Nous travaillons en partenariat avec une usine de biogaz pour filtrer le CO₂ qui est créé pendant le processus de production de l’usine. Nous liquéfions ensuite le CO₂ capturé pour le transporter vers les sites de stockage voisins.

  • Nous nous procurons principalement du CO₂ biogénique. Les émissions de CO₂ biogène proviennent de la transformation de matériaux biologiques tels que les plantes et les arbres (par exemple par combustion ou fermentation). La combustion de la biomasse libère du CO₂, qui fait partie du cycle carbone biogénique. Cela contraste avec la combustion de combustibles fossiles, qui libère du CO₂, lequel est emprisonné dans le sol depuis des millions d’années. En d’autres termes, lors de la combustion de la biomasse, le CO₂ absorbé pendant la croissance des plantes est simplement libéré dans l’atmosphère. Le processus est en soi neutre en termes de CO₂.

    Grâce à la technologie de neustark, le CO₂ est stocké durablement dans le béton de démolition et retiré de l’endroit où il se serait autrement retrouvé : l’atmosphère. Comme nous utilisons du CO₂ biogène, le processus génère des émissions négatives.

    La première source de CO₂ de neustark est l’installation de biogaz ARA Region Bern en Suisse. Actuellement, nous réalisons de nouveaux projets avec des sources de CO₂ et étudions d’autres partenariats afin de garantir des distances aussi courtes que possible entre nos sites sources et nos sites de stockage.
  • Aujourd’hui, nous stockons environ 10 kg de CO₂ par tonne de béton de démolition. Nous travaillons en permanence – cela va de soi – à l’optimisation de ce chiffre. 

Nos certificats CDR

  • L’élimination du dioxyde de carbone (CDR), communément appelée élimination du carbone, est un processus qui consiste à extraire le dioxyde de carbone de l’atmosphère et à le séquestrer (c’est-à-dire à le stocker) de manière inoffensive dans des réservoirs géologiques, terrestres ou océaniques – également connus sous le nom de puits de carbone naturels – ou à utiliser le CO₂ à d’autres fins, où il est stocké de manière permanente.

  • Un « crédit carbone » de haute qualité suppose qu’une tonne de CO₂ a été réduite ou éliminée de l’atmosphère. En outre, il est supposé que cette réduction ou élimination de CO₂ a été vérifiée et certifiée selon une norme internationalement reconnue – comme le Gold Standard.

  • La Science-Based Targets Initiative (SBTi) encourage explicitement les entreprises non seulement à réduire leur propre empreinte, mais aussi à investir dans des activités en dehors de leur chaîne de valeur afin d’atteindre nos objectifs nets zéro.

    Les "crédits carbone" sont une manière transparente, mesurable et axée sur les résultats pour les entreprises de le faire.

    Un crédit carbone de qualité signifie qu'une tonne de CO₂ a été réduite ou retirée de l'atmosphère. Cela signifie également que cette réduction ou cette élimination a été testée et certifiée selon une norme de carbone internationalement reconnue - comme le Gold Standard.

    Les entreprises investissent de plus en plus dans de tels "crédits carbone", en plus de leurs propres efforts de réduction, afin de couvrir leurs émissions non évitées.

    Complétez les mesures de réduction existantes de votre entreprise avec les certificats CDR de neustark pour l'élimination du CO₂.

  • Les recherches actuelles montrent qu'il n'existe pas "une" solution qui pourrait être utilisée à grande échelle pour éliminer des centaines de gigatonnes de CO₂ de l'atmosphère d'ici la fin du siècle.

    Certaines méthodes d'élimination du CO₂ en sont à un stade de développement très précoce, d'autres sont plus établies. Elles diffèrent par leur coût, par la quantité de CO₂ qui peut être éliminée et par les ressources nécessaires (comme la terre, l'eau et l'énergie). Certaines comportent des risques, comme le coût de la conversion des terres et la perte de biodiversité, surtout si elles sont utilisées à très grande échelle. D'autres apportent des avantages supplémentaires, par exemple la production d'énergie, la promotion de la biodiversité ou la création de matériaux utiles. Certains ne se révéleront pas utiles lors du passage à l'échelle. Il est toutefois important de noter qu'il existe encore une grande marge d'innovation et d'amélioration.

    La réponse réside dans la bonne combinaison - et l'accent mis sur les solutions qui sont à la fois écologiquement et économiquement réalisables et qui peuvent avoir un impact significatif au cours de la prochaine décennie.

  • Neustark s’approvisionne en CO2 auprès d’installations de biogaz et le stocke durablement dans du béton de démolition.

    Le CO₂ provenant des installations de biogaz est du CO₂ biogène : si le CO₂ était libéré dans l’atmosphère par les installations de biogaz, le processus serait en soi neutre en termes de CO₂ car les plantes brûlées dans le processus ont déjà absorbé du CO₂ plus tôt dans leur cycle de vie.

    En captant et en stockant le CO₂ biogène, neustark transforme des émissions neutres en émissions négatives.

  • La quantité de CDR dont nous aurons besoin dépendra des décisions que nous prendrons: Entre autres, dans quelle mesure nous voulons limiter l’augmentation de la température mondiale, dans quelle mesure nous voulons et pouvons réduire les émissions, et surtout, dans quel délai.

    Le rapport spécial du GIEC souligne que pour limiter le réchauffement global à 1.5°C, il est absolument nécessaire d’éliminer le CO₂ et les autres gaz à effet de serre. L’ordre de grandeur correspond à environ 100-1000 milliards de tonnes de CO₂ pour le seul 21e siècle.

    Voir le diagramme ci-dessous : Ordre de grandeur nécessaire pour l’élimination du CO₂ dans le cas d’une trajectoire d’émissions de 1.5°C (source de données : Network for Greening the Financial System Scenario Explorer. Modèle : REMIND-MAgPIE 1.7-3.0 ; fourni par IIASA).

    Statistic carbon removal
  • Si votre entreprise s’est fixé des objectifs SBTi, vous devrez passer à des crédits d’élimination d’ici 2030. En entamant le processus dès maintenant, vous vous assurez que votre entreprise atteindra ses objectifs de durabilité – tout en ouvrant la voie à toutes les autres. Même si votre entreprise ne s’est pas fixé d’objectifs SBTi: Les exigences de clients, des investisseurs, des collaborateurs et d’autres groupes d’intérêt, qui veulent que les entreprises mettent en œuvre des activités concrètes de durabilité, vont continuer à augmenter rapidement. De plus, l’environnement réglementaire autour des objectifs climatiques va fortement évoluer. En collaborant dès maintenant avec neustark, vous pouvez gérer ces exigences de manière proactive.

    Il est important de combiner la réduction et l’élimination pour atteindre vos objectifs climatiques. Cela signifie : réduire autant de CO₂ que possible tout au long de la chaîne de création de valeur (scope 1-3) et acquérir des certificats CDR de haute qualité.
  • Il existe une multitude de technologies d’élimination du CO₂ en cours de développement ou de mise en pratique. Les méthodes, qui vont du captage direct dans l’air (DAC) à la bioénergie avec captage et stockage du CO₂ (BECSS), en passant par le reboisement et le biochar, présentent toutes des caractéristiques uniques en termes de coût, de maturité technologique, de durabilité et de risque d’inversion.

    Lors de la définition de votre stratégie climatique, il est important d’adopter une approche à 360 degrés. Les risques doivent toujours être examinés et analysés dans le cadre d’une diligence raisonnable approfondie.

    Faites attention aux méthodes qui présentent un risque de retournement plus élevé, des méthodes de mesure moins transparentes ou une faible vérification de la faisabilité (preuve de concept).
  • Bien que tous les types de crédits carbone soient des instruments importants pour atteindre un avenir net zéro, il est important de connaître les différences techniques entre les crédits d'élimination et les autres crédits qui existent.

    Les projets d'évitement du carbone ("Carbon Avoidance") contribuent à la protection du climat en empêchant le rejet de CO₂ dans l'atmosphère. Il peut s'agir par exemple de la construction d'un parc éolien pour réduire la dépendance aux combustibles fossiles ou de la prévention de la déforestation. En achetant de tels crédits, une entreprise investit dans la réduction de ses émissions par le biais d'un projet externe.

    Comme leur nom l'indique, les "projets d'élimination du carbone" retirent le CO₂ de l'atmosphère et créent ainsi d'importantes émissions négatives. Dans l'ensemble, ils sont classés en deux catégories : l'élimination naturelle du carbone, comme la plantation d'arbres, et l'élimination technologique du carbone, par exemple l'élimination du CO₂ par minéralisation, comme le fait neustark.

    En investissant dans des crédits d'élimination du carbone, une entreprise compense ses émissions difficiles à éviter, en plus de sa propre réduction d'émissions.
  • L' EDC (CDR) élimine de l'atmosphère le CO₂ produit par les émissions passées - ce qui nous permet d'éliminer à la fois les émissions historiques et les émissions résiduelles inévitables d'aujourd'hui et de demain.

    Le CSC évite que le CO₂ ne passe dans l'atmosphère et est donc une méthode qui se concentre avant tout sur la réduction des émissions.

  • Il y a un nombre de raisons pour lesquelles les prix de tels crédits varient, par exemple :

    • la qualité de l'élimination du CO₂ offerte par une entreprise, y compris des facteurs tels que la permanence, la mesurabilité et la rapidité de la solution ;
    • des coûts de mise en œuvre différents selon la taille et la localisation d'un projet ;
    • certaines technologies sont plus chères que d'autres, mais une mise à l'échelle
      rapide permettra de faire baisser les prix dans les années à venir ;
    • les dispositions réglementaires relatives à la tarification du CO₂ peuvent également avoir un impact sur les prix des marchés volontaires du carbone ;
    • et, en fin de compte, les prix sont déterminés dans une large mesure par l'offre et la demande.
  • Il existe un ensemble de méthodes d'élimination du CO2 - également appelées technologies à émissions négatives (NET) - qui utilisent des approches biologiques ou technologiques pour extraire le carbone de l'atmosphère et le stocker de manière plus ou moins permanente.

    Essentiellement, le CO₂ peut être capturé dans la biomasse (par photosynthèse) ou par voie chimique (par filtration de l'air ou séquestration minérale). Le CO₂ peut ensuite être stocké dans la biomasse à la surface de la terre (par exemple dans le bois), dans le sol, dans le sous-sol géologique, dans les minéraux ou dans les fonds marins.

    Pour que ces technologies génèrent des émissions négatives d'une ampleur suffisante pour influencer fortement le changement climatique, le CO₂ doit être stocké sur une longue période, de préférence pendant des milliers, voire des millions d'années.

    Le CO₂ stocké dans la biomasse forestière ou dans l'humus est plus susceptible d'être remis en suspension dans l'air que le CO₂ stocké profondément sous terre ou dans des minéraux. Les événements exceptionnels tels que les incendies de forêt ou le travail intensif du sol en sont un exemple.

    Il est donc nécessaire de miser davantage sur une élimination du CO2 basée sur la
    technologie - tout en utilisant les puits de carbone naturels historiques. Pourquoi? Parce que la séquestration naturelle a ses limites, tant en termes de permanence que de capacité. Il y a un besoin évident d'une élimination supplémentaire du CO2 basée sur la technologie, dont le potentiel existe à grande échelle.